Adieu René

30 novembre 2018    Catégorie(s) : Nécrologie Imprimer. Imprimer.

Avec René Thierry, parti rejoindre les anges hier matin à l’âge de 84 ans, disparaît un monument du basket mulhousien mais surtout un homme au grand cœur, humble et attachant. Au nom de tout le MPBA, nous présentons nos condoléances émues et attristées à son épouse Thérèse, ses enfants Michèle Grélaud, Jean et Philippe ainsi qu’à toute sa famille et ses proches.

La cérémonie religieuse sera célébrée le mercredi 5 décembre 2018 à 14 heures 30 en l’église Sainte Jeanne d’Arc de Mulhouse. Les fleurs peuvent être remplacées par un don en faveur de l’association Vision’ère.

Nous vous invitons à lire le vibrant hommage que lui rend notre président Bertrand Taczanowski.

La terrible nouvelle vient à l’instant de m’être transmise : René THIERRY est parti rejoindre ceux qui nous manquent tant à ce jour.

Il y aurait tant de mots à écrire sur cette personnalité tellement attachante.

Le père de Michèle, de Jean et de Philippe, mais aussi le grand-père, notamment de Pierre et de Florian était d’une telle humilité qu’il n’aurait pas supporté que l’on puisse un instant lui dire merci de la sorte.

Et pourtant, pourtant, comme le dirait le grand Charles, il y a tellement à raconter.

Alors René, je n’aurai pas la force de faire un trop long discours demain soir, lorsque nos protégés vont encore davantage se jeter ventre à terre pour gagner ce match.

Mais laisse-moi s’il te plaît te présenter, en retombant quelques minutes dans mon enfance ou mon adolescence que tu as accompagnée des weekends entiers avec le MBC : avec ta voix si particulière, que – et je peux te l’écrire à présent – j’arrivais à imiter, tu nous as donné tout ce que nous essayons à notre tour de transmettre : la passion de ce sport, le respect de l’autre et la joie de vivre et de profiter de ces moments ensemble, en équipe.

Ces dimanches, ou après un retour de je ne sais quelle ville de France, tu m’attendais patiemment à une heure où d’autres dorment encore, pour me chercher, me faire déjeuner, afin que j’aille filer un coup de main à je ne sais quelle équipe. Puis, il n’était pas question de me voir rentrer au centre sportif sans manger un de ces repas que ta merveilleuse épouse composait.

Le tout, avec une chaleur, une amitié, une écoute que peu de gens ont.

C’est encore toi qui, lorsque j’ai quitté MULHOUSE pour mes études, m’as gentiment téléphoné pour me souhaiter bonne chance, c’est toi toujours qui as pris en premier de mes nouvelles suite à ma blessure…contre le FCM avec SELESTAT, c’est encore toi qui venais même jusqu’à CERNAY, avec ta timidité naturelle nous encourager pour notre épopée en Coupe de France, c’est toi qui es venu nous dire à PFASTATT à quel point tu appréciais notre travail, c’est toi qui …qui n’as cessé de faire ce que tu as fait pour moi pour des dizaines et des dizaines de jeunes et moins jeunes.

Voici chers tous, l’homme qui nous a quittés aujourd’hui. Lui ressembler dans son investissement serait déjà un miracle !

Peut-être qu’aujourd’hui, d’où tu nous regardes, tu dois être fier du chemin parcouru par ceux que tu as tant aimés, tant aidés, que cela soit professionnellement ou dans leur investissement dans le sport. Et secrètement, tu dois encore aspirer à voir le basket redorer son blason.

Tu me laisseras terminer sur une image, René, celle de cette bande de jeunes que tu as amenés au Tournoi International de BELLEGARDE, dans cet hôtel, où, fier de nous et heureux de déguster une fondue savoyarde digne de ce nom, tu nous as demandé de t’accompagner dans tes remerciements, avec ton « tsica tsaca – tsica tsaca » que nous avons tous, Larry, Merluche 2, Gauthier, Cédric, Gilles, Lolo Bicard, Fabio, Lavilliers, je ne sais qui encore et moi-même en mémoire et que nous ne manquons pas de refaire à ta façon dès que l’occasion nous en est donnée.

Quel fou rire !

Mais c’est comme cela que tu aimais nous voir.

Adieu René et MERCI pour tout ce que tu as fait pour moi et…pour nous.

Nos pensées vont envers ta merveilleuse famille.

Humblement, Bertrand.