Ils ont ramené la coupe à la maison!

12 mai 2019    Catégorie(s) : Coupes Imprimer. Imprimer.

MPBA Vainqueur Trophée coupe de France

Vous avez pu suivre en direct et en intégralité sur la chaîne YouTube de la FFBB la magnifique victoire remportée par notre équipe fanion en finale du Trophée coupe de France face à Montbrison vendredi soir à l’AccorHotels Arena de Paris et certainement lu les comptes rendus parus sur le site de la FFBB et dans la PQR. Aussi, nous vous proposons ici de revivre le déroulement du match au travers des propos de Jean-Luc Monschau recueillis par JL-S.

Notre photo: ils posent pour la postérité. Les joueurs et leurs coachs, accompagnés des dirigeants présents, ont écrit la première ligne du palmarès du MPBA. On espère qu’elle sera suivie de beaucoup d’autres! (photo Bellenger/IS/FFBB)

« On a clairement pris un mauvais départ et mis Montbrison sur orbite. Nos pertes de balle au milieu du terrain ont été autant de passes décisives à nos adversaires. Ceci explique notre débours, qui a culminé à 11 points. On fait la jonction aux alentours de la 15e minute à 30 partout et ça se passait mieux. Globalement, on n’a pas mal défendu et notre score défensif aurait été bon sans nos pertes de balle. Sur les 35 minutes suivantes, il y a eu 16 changements de leader, ce qui démontre l’indécision qui a régné autour de cette rencontre. En moyenne, c’est comme si on changeait de leader toutes les deux minutes ! Chaque équipe a eu de bons passages à tour de rôle, c’était un match à oscillations permanentes. En fin du temps réglementaire, on a 2 possessions de retard. Heureusement, le play a fonctionné et a conduit à un tir à trois points réussi qui nous a rapprochés à une petite possession. Tout a bien marché et on s’est retrouvés avec 3 points d’avance (on aurait même pu en compter 4) avant la dernière attaque de notre adversaire. Malonga a bien joué l’affaire en réussissant un tir lointain. En fin de première prolongation, on a une balle de match mais on n’arrive pas à conclure. En deuxième prolongation, soudain ça se passe bien sur des tirs à trois points qui nous permettent de prendre la main et d’être devant, forçant ainsi nos adversaires à prendre des tirs rapides ».

«  le MVP, c’est notre esprit collectif ! »

JLM revient sur quelques moments clés : « La 5e faute de l’Américain Hankins-Cole a été importante. L’intérieur venait d’avoir un bon passage en profitant notamment de l’espace libéré par nos aides sur Gaudoux. Ensuite, l’élimination de Johan Grebongo a été un prêté pour un rendu. Jo a fait un très gros match à mon sens. On a subi un peu sous les paniers et il fallait résister. Heureusement on a davantage concrétisé même si on prend moins de rebonds offensifs. La bagarre au rebond a été très intense et c’était un combat pour avoir la balle. Même quand on croyait l’avoir gagnée, nos adversaires s’en emparaient grâce à leur agressivité. La perte de Grebongo a été un coup dur et j’ai alors choisi de jouer petit en déplaçant Raheem May Thompson en position 4. Notre adversaire a fait le même choix avec Charles. La fin de match nous a été favorable avec un Lucas Plasse précieux. Notre meneur, qui a été l’un des grands artisans de notre qualification lors des quarts et des demi-finales, était en difficulté. Marvin Sarkis, qui l’a remplacé, a incontestablement été le facteur X du match par un rendement au-dessus de sa moyenne habituelle. C’est lui qui nous remet dans le coup, notamment par ses tirs à trois points. Celui qui apporte la plus-value, c’est clairement Sarkis. Quentin Diehl a trouvé des paniers incroyables en fin de match. Il a mis des tirs essentiels à trois points mais aussi au toucher, ligne de fond, malgré un chemin fermé. Il a été élu MVP mais, pour moi, le MVP c’est notre esprit collectif! On peut faire un inventaire de toutes les contributions apportées par chacun des joueurs. Quentin Willig (Ndlr: 0 point, 1 d’évaluation) booste l’équipe. Je suis certes un homme de chiffre mais il faut oublier les chiffres individuels et insister sur les qualités d’équipe. Arthur Ekani a aéré le jeu, Bacasso Minté a fait deux passages utiles, prenant des rebonds et réussissant un contre important. Tout le monde a apporté sa pierre à l’édifice et il serait injuste de parler des uns plutôt que des autres. On a besoin de tout le monde ! ».

Le coach se projette vers les play-offs : «  On va savourer deux jours avant de se remettre en question. Nous devrons faire moins d’erreurs dans le prochain match à Laval. On savait que ce serait difficile sous le cercle face aux deux intérieurs Hankins-Cole et Gaudoux, bien secondés par l’Espagnol Montanana (2,07m), mais on pensait qu’on pourrait gérer le ballon et gagner des possessions en perdant moins de balles qu’eux. Finalement, nos adversaires ont déclenché beaucoup plus de tirs que nous en prenant plus de rebonds offensifs et en profitant de nos pertes de balles. On aurait pu le payer cher et il faudra faire preuve de plus de rigueur et être plus propre dans l’exécution pour ne pas s’exposer de la même manière. En tous les cas, ce match de coupe nous sera forcément utile après avoir joué contre le dernier du championnat puis passé deux semaines sans compétition ».

Enfin, JLM répond sur son sentiment : «Ça fait plaisir de gagner avec un club qui m’est cher. Je suis content pour Bertrand Taczanowski, qui m’a demandé de venir donner un coup de main. Aussi pour les deux municipalités, avec leurs maires Mme Lutz et M. Hillmeyer, qui ont permis le changement de nom de l’ASSM Pfastatt. Le travail d’équipe impulsé par Antoine Linarès et Bertrand Taczanowski débouche sur un titre et c’est le meilleur des encouragements à poursuivre cette aventure. On pense à ceux qui sont à l’initiative de ce nouveau club au moment de se réjouir de ce succès ».

Propos recueillis par Jean-Laurent Soltner

La fiche technique:

Montbrison BC – Mulhouse Pfastatt BA 82-93 a.p.

Paris, AccorHotels Arena. 3200 spectateurs.

Les quart-temps : 24-20, 16-20 ; mi-temps 40-40 ; 11-15 (51-55), 21-17 (72-72), 5-5 (77-77), 5-16.

Arbitres : MM. O. Adam et T. Talineau.

MBC : 31 paniers sur 99 tirs dont 5 sur 32 à trois points (Malonga 3), 15 lancers francs sur 26, 58 rebonds (Gaudoux 13) dont 25 offensifs (Gaudoux 9), 18 passes (Malonga 7), 14 interceptions (Malonga, Gelin et Charles 3), 3 contres (Montanana, Hankins-Cole et Gaudoux), 16 balles perdues (Malonga et Charles 3), 23 fautes personnelles, Hankins-Cole (41e) et Gaudoux (49e) éliminés. Non entré en jeu : Chenet. Evaluation collective : 80. Les points : Malonga 16 (13), Hankins-Cole 10 (9), Gelin (cap.) 10 (5), Charles 13 (15), Gaudoux 29 (28) puis Montanana 2 (6), Voldoire (-7), Freycenet 2 (4). Entraîneur : Jérémy Beaufort, assisté de Gaëtan Etienne.

MPBA : 32 paniers sur 81 tirs dont 11 sur 37 à trois points (Diehl 4), 18 lancers francs sur 29, 67 rebonds (Grebongo 17) dont 20 offensifs (Grebongo et Ekani 5), 15 passes (Plasse 5), 8 interceptions (Grebongo 4), 3 contres (May Thompson 2), 26 balles perdues (Plasse 7), 17 fautes personnelles et une antisportive (May Thompson), Grebongo éliminé (42e). Evaluation collective : 100. Les points : Plasse 10 (0), May-Thompson 9 (14), Diehl (cap.) 20 (14), Grebongo 18 (27), Ekani 18 (14) puis Sarkis 13 (14), Willig (1), Minté 5 (7). Non entrés en jeu : Spinali et Soussi. Entraîneur : Jean-Luc Monschau, assisté de Mathieu Gitta.

Entre parenthèses la note d’évaluation.

Tous les vainqueurs du Trophée coupe de France (créé en 2004 et regroupant les clubs amateurs, à partir de la Nationale 2):

2005: SOM Boulogne

2006: Alerte Juvisy

2007: BC Gries Oberhoffen

2008: Sorgues BC

2009: BC Souffelweyersheim

2010: Elan Pau Nord-Est

2011: Cognac Basket

2012: Saint-Chamond

2013: Espoirs du BCM Gravelines Dunkerque

2014: Espoirs du BCM Gravelines Dunkerque

2015: Brissac Aubance

2016: Kaysersberg Ammerschwihr BCA

2017:  Avenir Basket Berck Rang du Fliers

2018: Toulouse BC

2019: Mulhouse Pfastatt BA